Augustin (13 mois, un quatre pattes de luxe, plus de 10 dents -je n'arrive à les compter, un sourire craquant, des joues à croquer) traverse une période difficile et nous aussi du coup. Enfin surtout moi, il faut bien le dire. Pas grave, hein. Juste une adaptation compliquée dans la nouvelle crèche. Après un mois de juillet en famille, avec sa marraine, la voisine..., un mois d'août tous les 4 au Québec, les rires de son frère, des tonnes de bisous chaque jour... LA CRECHE.

"Maman te laisse et reviens te chercher ce soir". Un gros bisou, le laisser dans les bras d'une dame (que la veille tu n'avais jamais vu de ta vie), hurlements, le regard qui te tord le ventre, qui te culpabilise (mais pourquoi on ne l'a pas laissé dans l'autre crèche hors de prix, mais super bien), l'éducatrice jeunes enfants qui t'explique que c'est normal après un mois passé en famille, et puis il a 13 mois, la séparation est plus difficile pour lui, c'est normal. bla bla bla. Je m'en fous, je veux qu'il arrête de pleurer quand je pars, qu'il s'éclate à la crèche pendant que sa maman et son papa vont travailler, qu'il fasse des longues siestes comme à la maison pour ne pas être épuisée le soir. 'Celui dont on ne doit pas prononcer le nom' me dit d'être patiente, autant dire que ça n'est pas mon fort.

Donc le seul truc que j'ai trouvé pour me déculpabiliser c'est de lui coudre un doudou-poupée-petit prince.

IMG_2458

P1020867

P1020868

D'après le très joli blog Made by Joël

Ca n'aurait sans doute aucun effet sur son adaptation à la crèche, mais ça m'a fait du bien de le faire !